Introït de la Messe de Saint Hubert

Photos de William TORRES, photographe et journaliste de la revue « La Chasse en Alsace« 

La légende de Saint Hubert

La Saint Hubert est pour les chasseurs, les bûcherons et les forestiers, l’occasion d’honorer leur saint patron et de solliciter sa bienveillance et sa protection.
Le Seigneur Hubert, né vers le milieu du 7e siècle, était issu de la haute noblesse. Il était célèbre pour son intelligence, sa sagesse et sa bonté. Mais il avait une passion dévorante pour la chasse qu’il pratiquait tous les jours, du matin au soir, à travers plaines et forêts d’Ardennes, jusqu’à en oublier tous ses devoirs.
Jusqu’au jour où sous l’influence de Saint Lambert, évêque de Maastricht, il se tourna vers la religion. Lorsque son épouse Floribanne, fille de Dagobert, mourut en mettant au monde leur fils, il abandonna palais et richesses et se consacra à Dieu.
À la mort de Saint Lambert vers l’an 705, il fut désigné pour lui succéder à la tête du diocèse de Tongres-Maastricht qu’il transférera à Liège en l’an 708.
Grâce à l’intercession de son fils Floribert qui lui succéda comme évêque de Liège, il fut canonisé le 3 novembre 743.
Et ce n’est qu’au 15e siècle que se développa la légende du cerf crucifère. D’après cette légende, alors qu’Hubert chassait un vendredi saint, un cerf blanc coiffé d’une croix de lumière lui apparut et lui dit : « Hubert, jusqu’à quand cette passion te fera-t-elle oublier le salut de ton âme ? »  Repenti, Hubert se prosterna et reconnut avoir négligé les valeurs importantes de la vie. Il cessa totalement de chasser pour se consacrer à la vie monastique.
A l’abbaye d’Andage, aujourd’hui Abbaye Saint Hubert, était élevée une race de chien qui prit son nom (le chien de Saint Hubert) et il se dit que Saint Hubert y guérissait les malades atteints de la rage.
Ce que nous dit cette légende, c’est qu’il convient de se préserver de l’excès, de respecter le gibier et la forêt, de se préoccuper de ses chiens et de profiter des bons moments entre amis.

La chasse est une école de la vie et de la mort.

Retour haut de page